دروس السنة التانية باكالوريا

Vendredi 9 janvier 5 09 /01 /Jan 16:49
     

Feminism is a belief in the right of women to have political, social, and economic equality with men. It is a discourse that involves various movements, theories, and philosophies which are concerned with the issue of gender difference, advocate equality for women, and campaign for women's rights and interests.[1][2][3][4][5] According to some, the history of feminism can be divided into three waves.[4][6] The first wave was in the nineteenth and early twentieth centuries, the second was in the 1960s and 1970s and the third extends from the 1990s to the present.[7] Feminist theory emerged from these feminist movements.[8][9] It is manifest in a variety of disciplines such as feminist geography, feminist history and feminist literary criticism.

Feminism has altered predominant perspectives in a wide range of areas within Western society, ranging from culture to law. Feminist activists have campaigned for women's legal rights (rights of contract, property rights, voting rights); for women's right to bodily integrity and autonomy, for abortion rights, and for reproductive rights (including access to contraception and quality prenatal care); for protection from domestic violence, sexual harassment and rape;[10][1] for workplace rights, including maternity leave and equal pay; and against other forms of discrimination.[11][12][13]

During much of its history, most feminist movements and theories had leaders who were predominantly middle-class white women from Western Europe and North America.[14][15][16] However, at least since Sojourner Truth's 1851 speech to American feminists, women of other races have proposed alternative feminisms.[15] This trend accelerated in the 1960s with the Civil Rights movement in the United States and the collapse of European colonialism in Africa, the Caribbean, parts of Latin America and Southeast Asia. Since that time, women in former European colonies and the Third World have proposed "Post-colonial" and "Third World" feminisms.[16] Some Postcolonial feminists, such as Chandra Talpade Mohanty, are critical of Western feminism for being ethnocentric.[17] Black feminists, such as Angela Davis and Alice Walker, share this view.[14]

Since the 1980s, standpoint feminists have argued that feminism should examine how women's experience of inequality relates to that of racism, homophobia, classism and colonization.[15][18] In the late 1980s and 1990s postmodern feminists argued that gender roles are socially constructed,[19][20][21] and that it is impossible to generalize women's experiences across cultures and histories

Par Le passion - Publié dans : دروس السنة التانية باكالوريا
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 9 janvier 5 09 /01 /Jan 16:43

    Les romans réalistes

Ces romans apparaissent conjointement au développement de la bourgeoisie et d'un esprit progressivement plus matérialiste. La redécouverte des textes d'Aristote accompagne ce renforcement du rationalisme au détriment d'une part de spiritualité et de merveilleux. Le Roman de la rose et Jehan et Blonde illustrent cette nouvelle orientation du genre. Les auteurs de ces romans choisissent de rester dans les limites du vraisemblable et rejettent le merveilleux arthurien. La géographie des lieux devient de plus en plus familière aux lecteurs, les personnages fictifs y rencontrent des personnages historiques (réels) et les héros choisis sont de plus en plus issus de milieux modestes et sont de moins en moins légendaires. Cependant, ce genre est marqué par un fort paradoxe : alors que la prose semble être la forme la plus adaptée à transcrire le réel avec crédibilité et alors que la majorité des romans sont désormais écrits en prose, ces romans réalistes continuent à être écrits en vers (couplets octosyllabiques). Conséquence ou non de ce paradoxe, ils disparaîtront progressivement devant le succès croissant des romans en prose.

Par Le passion - Publié dans : دروس السنة التانية باكالوريا
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 9 janvier 5 09 /01 /Jan 16:36
     

   est un ensemble d’ouvrages d’Honoré de Balzac, composé de 137 œuvres[1] comprenant des romans réalistes, fantastiques, ou philosophiques. Mais aussi des contes, des essais, des études analytiques, des nouvelles parfois regroupées sous un seul titre selon les éditions. Les textes sont classés par milieux sociaux, par lieux géographiques, ou par catégories psychologiques (Scènes de la vie privée, Scènes de la vie de province) réunis dans des ensembles génériques (Études de mœurs, Études analytiques, Études philosophiques). L’écriture de l’ensemble s’échelonne de 1831, avec la Peau de chagrin, à 1850, avec les ouvrages inachevés à sa mort et complétés par Charles Rabou : le Député d'Arcis (1854), les Petits bourgeois de Paris, (1856), le Comte de Sallenauve, (1856), et aussi les Paysans publié en 1854 par sa veuve, Évelyne Hanska.

Illustration de La Comédie humaine

 La Comédie humaine

L’ambition de l’auteur était de décrire de façon quasi-exhaustive la société qui l’entourait, construisant ainsi un édifice qui pourrait « faire concurrence à l’état civil ». Il voulait enfermer toute son époque dans sa Comédie humaine. Toutefois, en 1837, le titre qu’il envisage pour son œuvre est Études sociales, qui deviendra La Comédie Humaine en 1842, en référence à Dante[2].  
   L’élaboration

L’idée de relier entre eux les récits en faisant revivre les protagonistes de chaque roman ou nouvelle ne vient à Balzac qu’en 1835 avec le Père Goriot où l’on voit reparaître pour la deuxième fois l’important Eugène de Rastignac déjà présenté en 1832 dans Étude de femme et Autre étude de femme publié alors sous le titre Une conversation entre onze heures et minuit inséré dans les Contes bruns. Balzac se ravisait souvent dans ses classements, et ses titres. Il pouvait rattacher Le Message à la Grande Bretèche, puis publier les deux textes de façon autonome[3]. Le Colonel Chabert ne paraît sous sa forme définitive qu’en 1844 après une première version publiée en 1832, sous le titre la Transaction. La Maison du chat-qui-pelote fut d’abord intitulé Gloire et Malheur en première publication 1830 et le texte connut 4 autres éditions et autant de remaniements jusqu’à la dernière édition Furne qui fut elle même corrigée indéfiniment et qui parut sous le titre : La Maison du chat-qui-pelote[4]. On aura une idée de la multiplicité des avatars des éléments de la Comédie humaine en consultant les notices de chaque titre et l’historique de chaque publication, avec les innombrables remaniements que Balzac apportait jusqu’à se ruiner en frais d’imprimerie pour la révision des bons à tirer[5]. Balzac pouvait certainement écrire vite, beaucoup et inlassablement. On raconte que c’est en une seule nuit, chez son amie Zulma Carraud à La Poudrerie d’Angoulême, qu’il écrivit la Grenadière[6] et selon Zulma Carraud : « La Grenadière, cette jolie perle, fut écrite en jouant au billard. Il quittait le jeu, me priant de l’excuser, et griffonnait sur un coin de table, puis revenait à la partie pour la quitter bientôt »[7]

un édifice qui pourrait « faire concurrence à l’état civil »

La structure

Dès 1834, Balzac conçoit la structure de la comédie humaine comme un édifice en trois parties :

« à la base de l'édifice : les Études de mœurs représentent les effets sociaux. La seconde assise est les Études philosophiques, car, après les effets viendront les causes. Puis, après les effets et les causes, doivent se chercher les principes. Les mœurs sont dans le spectacle, les causes sont dans les coulisses et les machines. Les principes, c’est l’auteur, mais, à mesure que l'œuvre gagne en spirales les hauteurs de la pensée, elle se mesure et se condense.[8] »

Pourtant, dans chaque œuvre de la Comédie Humaine, les effets, les causes et les principes sont sans cesse mêlés comme si chaque roman était construit sur le principe de l’édifice général. Dans le Lys dans la vallée, l'histoire d'amour d'Henriette de Mortsauf et Félix de Vandenesse se déroule au plan des « effets », l’analyse des causes de l’échec apparent de cet amour se rapporte aux « principes » puisés dans la peinture de l’enfance conçue comme caractère et comme destin[9].

Les Études de mœurs offrent l’histoire générale de la société, Mais les Études philosophiques composées de romans, de contes de nouvelle fantastiques sont pour Balzac la clé qui permet de comprendre l'ensemble de son œuvre. Il leur accordait une énorme importance et ce n’est pas par hasard si le grand succès lui arriva avec la Peau de chagrin. Selon lui :

«  Cette œuvre reliait les études de mœurs aux études philosophiques par l'anneau d’une fantaisie presqu'orientale où la vie elle-même est prise avec le Désir, principe de toute passion.[10] »

L’écriture et le talent balzacien

Honoré de Balzac emploie une méthode que Marcel Proust[11] appelait « l’éclairage rétrospectif » à savoir : le passé d’un personnage n’est révélé que longtemps après sa présentation, ce qui donne un souffle de vie et un supplément de mystère à ses romans et nouvelles. Jacques Collin, apparu dans le Père Goriot, se précise sous le nom de l’abbé Carlos Herrera dans Splendeurs et misères des courtisanes. La vicomtesse de Beauséant dont on voit le triste échec dans la Femme abandonnée aura été une séductrice tout au long de la Comédie humaine. La princesse de Cadignan (autrement appelée Diane de Maufrigneuse dans les Secrets de la princesse de Cadignan), ne cesse d’être précisée, montrée sous tous les angles, même celui le plus généreux et inattendu dans le Cabinet des Antiques.

Balzac utilise aussi le principe du narrateur, comme si l’auteur du roman reproduisait le récit que lui aurait fait quelqu’un d’autre. Cela permet une mise en perspective de plusieurs lieux à la fois élargissant ainsi le panorama avec des histoires dans l’histoire (récits enchâssés). Balzac part de l’environnement immédiat du narrateur (salon, auberge, campagne), et il déroule le fil de son récit avec des retours et des questions posés au narrateur par les personnages qui l’entourent, introduisant suspense ou remarques philosophiques. Le médecin Horace Bianchon est le narrateur de la Grande Bretèche, le journaliste et écrivain Émile Blondet est témoin et narrateur intermittent dans le Cabinet des Antiques, Hermann, un négociant allemand, est le narrateur et le décrypteur du crime de L'Auberge rouge.

Balzac est également scénographe, costumier, régisseur. Les minutieuses descriptions de l’ameublement d’une maison, des costumes des personnages jusque dans les moindres détails (Balzac emploie les termes les plus précis que ce soit pour la passementerie, les étoffes, l’architecture d’intérieur ou d’extérieur) sont celles d’un scénographe. L’auteur de la Comédie humaine plante ses décors avec un soin presque maniaque ce qui explique l’engouement des metteurs en scène pour ses textes, souvent adaptés à l’écran (télévision et cinéma) (voir Films basés sur l'œuvre d'Honoré de Balzac).

Exploration de la Comédie humaine [

parcours-labyrinthe de la Comédie humaine

S’il est vrai que l’on peut lire séparément chaque ouvrage de la Comédie humaine et l’apprécier comme tel, il reste certain que chacun ne prend sa profondeur et ses arrières-plans de signification que si on le replace dans le contexte de l’Œuvre entière.[12]

Les innombrables « explorateurs » de la Comédie humaine qui se sont succédé depuis Charles de Spoelberch de Lovenjoul à nos jours, d' Ethel Preston[13]à Marcel Bouteron[14]de S.Rogers[15]à Maurice Bardèche[16]de Pierre-Georges Castex[17]à Michel Butor[18], et ceux qui continuent à le faire, n’en finissent pas de découvrir toute les ressources de l’immense « conte » que représente cet ensemble, un « poème » comparable à ceux d’Homère et, bien sûr de Dante.[19]

On s’est longtemps trompé sur Balzac en le prenant par exemple pour un romancier uniquement réaliste, parce qu’on croyait pouvoir en juger d’après trois ou quatre « chefs-d'œuvre » isolés de l’ensemble. C’était une erreur [20], car il n’est possible d’approcher son secret que si l’on pénètre dans l’immensité de l’œuvre globale et si on l’explore toute entière. Elle prend alors ses véritables proportions et ce caractère « visionnaire » que Baudelaire fut le premier à signaler. [21]

La Comédie humaine, née spontanément et soumise après coup à un « programme » est bien un édifice unique [22], une sorte de labyrinthe fléché où chaque personnage nous indique la direction d’un autre. Ce parcours non linéaire peut être suivi pendant un temps, abandonné, et repris longtemps plus tard . Il accompagne toute une vie.

   

Par Le passion - Publié dans : دروس السنة التانية باكالوريا
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 9 janvier 5 09 /01 /Jan 16:31

 Image:Balzac.jpg, dit Honoré de Balzac, né à Tours le 20 mai 1799 (1er prairial an VII) et mort à Paris le 18 août 1850, est un romancier, critique littéraire, essayiste, journaliste et écrivain français.

  Honoré Balssa

Il est considéré comme l’un des plus grands écrivains français dans le domaine du roman réaliste, du roman philosophique et du roman fantastique par Gérard Gengembre[1], Gilles Vannier[2], le philosophe Alain[3], et Albert Béguin[4]. Charles Baudelaire voyait en lui un visionnaire[5].

Balzac est cependant difficile à classer dans l’une ou l’autre catégorie, son œuvre couvrant un champ si vaste que les critiques, tant de son siècle que du siècle suivant, passeront beaucoup de temps à lui chercher une étiquette appropriée sans y parvenir[6].

On l’a longtemps placé dans la catégorie des romanciers réalistes, avant de nuancer cette classification : si Balzac est un fin observateur, il est aussi romantique, mystique, et poétique[7],[8].

Travailleur forcené, capable de passer des nuits entières à écrire, grand buveur de café, gros mangeur, fragilisant ainsi sa santé déjà précaire, il a produit une œuvre titanesque la Comédie humaine, cycle cohérent de plusieurs dizaines de romans, nouvelles, contes philosophiques dont l’ambition est de décrire de façon quasi-exhaustive la société française de son temps ou, selon sa formule célèbre, de faire « concurrence à l’état-civil ».

Le principe du cycle romanesque de la Comédie humaine servira de référence aux écrivains de son siècle notamment Gustave Flaubert (voir article connexe : Balzac face aux écrivains de son siècle), Émile Zola[9] et aux écrivains du siècle suivant (Proust[10],[11]).

Ses opinions politiques sont assez floues : s’il affiche des convictions légitimistes en pleine Monarchie de Juillet, il s’est auparavant déclaré libéral, et en définitive il fait partie des révoltés, comme le qualifieront ensuite Félicien Marceau[12], Émile Zola[13], et Victor Hugo[14]. André Maurois voit en lui un « révolutionnaire constructif[15] ».

De ses nombreuses liaisons féminines, Balzac a tiré une compréhension intuitive de la nature des femmes, très rare chez un écrivain masculin. On a pu dire qu’« il avait inventé le bovarisme[16] ». Sa production littéraire semble aussi illimitée que son goût du faste et des femmes. Mais l’argent qu’il gagne avec sa plume ne suffit jamais à compenser ses pertes dans des investissements hasardeux. Toujours endetté, fuyant la police dans plusieurs cachettes sous des noms d’emprunt, il a sans cesse en tête des projets hyperboliques : une imprimerie, un journal, un palais. C’est d’ailleurs dans un palais situé rue Fortunée qu’il meurt ruiné au milieu d’un luxe inouï.

Par Le passion - Publié dans : دروس السنة التانية باكالوريا
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 23 décembre 2 23 /12 /Déc 23:12

Au moins 250 bébés-éprouvette naissent chaque année au Maroc. Tous sont nés alors qu’aucune loi n’existe encore pour réglementer la pratique qui leur a permis de venir au monde.

L’aîné des bébés-éprouvette marocains doit avoir aujourd’hui au moins 16 ans. Ses parents doivent s’en réjouir. Peut-être que le passage au laboratoire a-t-il été l’unique moyen pour eux d’avoir un enfant. Peut-être aussi que leur bébé a-t-il vu le jour à Marrakech, à Rabat ou à Casablanca. Personne ne peut le localiser avec précision. Jusqu’à ce jour, il n’y a pas de registre national pour les bébés-éprouvette.

En tout cas, chacun de ces bébés a dû commencer les tous premiers jours de sa vie dans l’un des quinze laboratoires privés de fertilité que compte le Royaume. Sept de ces laboratoires sont concentrés à Casablanca et 4 à Rabat. Agadir et Marrakech comptent chacune 2 centres.

Et est devenue au cours des dernières années d'échanges très tranquille, mais toujours sur la famille, la question reste confiné au couple, mais il ya des fuites et des changements majeurs dans la mentalité des personnes, des plus jeunes et les femmes de moins de 35 ans ont les taux de réussite élevé de 40%, et les cas Beaucoup du succès de l'insémination artificielle de la première tentative et accru les chances des couples à procréer ..

 

Seulement, maintenant que l’infertilité gagne du terrain au Maroc, les couples vont avoir de plus en plus besoin de l’assistance médicale pour pouvoir avoir des enfants. Ce sera alors possible uniquement pour ceux qui ont les moyens de se payer, fort onéreusement, ce « luxe » dans le secteur privé. « Le prix d’une insémination artificielle peut atteindre 30.000 DH », 

En termes de coûts, qui pourrait atteindre les frontières de 25 à 30 mille dirhams pour les cas insolubles, qui comprend les deux ensemble.

En règle générale, pour les cas au-delà de l'ordinaire des coûts de médicaments et d'entrer dans la clinique et des tests en laboratoire et à environ 15 mille à 16 mille dirhams dirhams ...

Maroc, à son tour, a depuis le début de Altsainiat Merci laboratoire Organon, qui a introduit la technique du Maroc et de la formation de médecins spécialisés dans ce monde et traduits en spécialistes pour mener de telles interventions médicales modernes, de l'élimination de certains types de stérilité, et l'octroi de Aqimin paires dans l'espoir de bonheur, par l'intermédiaire de la naissance d'enfants en bonne santé Oslabhm, grâce à la disponibilité de conditions préalables de succès, et la première de ces conditions d'âge, en particulier pour la femme, portant son chances d'âge et ce d'autant plus après quarante devenir des traitements et des interventions inutiles.

Avant de se rendre à certains centers spécialisés à Rabat pour discuter de la technique ou à la FIV »enfant tuyaux« fécondation énvitro marocain avec des spécialistes ont augmenté leurs enfants ont commencé leur premier dans le laboratoire, j'ai essayé de prendre la route prises par le couple a attendu pour une grossesse sans résultat, l'événement a été Médecin de famille d'une clinique ou un médecin ex relation avec la famille, le rôle consultatif, a été sage de parler avec M. Ben Osman, s'exprimant sur le rôle d'un médecin général dans le diagnostic de la maladie, et aussi de parler avec le patient et expliquer les étapes de traitement et de simplifier la situation en ce qui concerne les questions de la grossesse et l'accouchement et le recours à Mai tout être ART »tuyaux enfant« qui fait l'objet de notre cas cette semaine, en plus de dialogues avec chaque professeur du professeur Shafiq et Acharaybe beauté intellectuelle.

Pour des questions sur les détails d'avoir un enfant ou d'un pipeline dire au Maroc: Il mai, en 1989, soit près de 20 ans.

Par Le passion - Publié dans : دروس السنة التانية باكالوريا
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

overblog

Derniers Commentaires

image d'amour

Les phrases populaires

Sommet de l'amour que le silence te oblige à te dire et le dire impuissant de l'expression et tu te taire

Syndication

  • Flux RSS des articles

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés